Mise à jour du plan stratégique de LEADD : Séance 2

La deuxième séance pour la mise à jour du plan stratégique s’est tenue le jeudi 11 Mars 2021 en présence du personnel et des consultants. Les échanges de cette séance ont tourné autour de la connaissance de l’environnement de LEADD.

Le but de cet exercice est de nous  permettre de connaitre les nouvelles exigences du marché par rapport à notre domaine d’activités. Cela nous aidera à voir dans quelles mesures il est possible de se réadapter ou de diversifier nos domaines d’intervention d’une part et d’autre part, de faire une analyse des concurrents de LEADD.

A cet effet, un questionnaire sur la connaissance de notre marché et de nos concurrents a été préalablement envoyé à toute l’équipe pour avoir leurs avis sur la question. La séance a donc permis de faire le point des différents avis recueillis et d’en tirer les informations pertinentes. Des propositions d’actions ont été également formulées pour les points faibles répertoriés

Première séance de mise à jour du plan stratégique du cabinet LEADERSHIP ET DEVELOPPEMENT

Afin de mettre son plan stratégique qui expire à la fin de l’année 2021, le Cabinet LEADD a mis sur pied un comité. Le but de ce comité est de proposer un nouveau plan stratégique pour le quinquennat 2022-2027 qui servira de base pour les activités du cabinet.

A cet effet, des séances d’échanges ont lieu chaque semaine avec le personnel et les consultants afin de définir les grandes lignes du plan stratégique. La première séance a eu lieu le Jeudi 04 Mars 2021 dans la salle de réunion du cabinet.

Qui sommes-nous, où allons-nous, que pouvons-nous faire au-delà de nos capacités et la possibilité de sortir de notre zone de confort (notre domaine de prédilection); telles sont les questions que nous nous sommes posées au cours de cette séances. Les réponses obtenues nous ont permis de redéfinir le contexte de LEADD à travers la redéfinition de nos  principales activités et de notre clientèle cible.

 

Nouveaux horaires de travail au Cabinet LEADD

Afin de se conformer aux prescriptions du code de travail et suite aux nouveaux horaires de travail dans l’administration publique, LEADD a réaménagé ses horaires d’ouverture.

Ainsi, à partir du 1er Mars, les nouveaux horaires de travail au cabinet LEADD sont:

Matin: 08 heures à 12 heures 30 minute

-Pause: 12 heures trente minutes à 14 heures

-Après-midi: 14 heures à 17 heures 30 minutes

Impacts socioéconomiques de la COVID 19 au Bénin

Le PNUD a publié le 04 Février dernier,  son rapport sur l’étude  des impacts socioéconomiques de la maladie à coronavirus au Bénin. Ce rapport révèle que la COVID 19 et ses effets pourraient saper les avances enregistrées pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable.

L’étude indique que la baisse des revenus des ménages, subséquente à la perte d’emploi ou à la hausse du sous-emploi, aggrave la pauvreté monétaire et celle non monétaire (entre 5,5 millions et 6 millions de personnes touchées en 2020). L’ampleur de la pauvreté mesurant la distance moyenne entre le seuil de pauvreté et dépense de consommation moyenne s’est aggravée et l’inégalité s’est également aggravée parmi les pauvres. En raison des cordons sanitaires et des perturbations dans les chaines d’approvisionnement , les ménages sont devenus vulnérables à l’insécurité alimentaire et la hausse des prix des denrées alimentaires ou des biens de base a impacté le pouvoir d’achat qui a baissé de façon inquiétante.

La perte d’emplois varie entre 360000 et 620000 personnes touchées en 2020. Plusieurs branches d’activités ont connu une baisse importante du volume horaire de travail du fait du chômage, du sous-emploi, parmi lesquelles figurent l’hôtellerie et la restauration ( 20%), les transports (18%), le commerce (34%). les pertes d’emploi ont affecté le revenu des ménages qui pourraient connaitre une baisse qui se situerait entre 7,4% et 13% des revenus initiaux. La baisse des revenus toucheraient principalement les salariés (au moins 18%) tant du secteur public que du privé ainsi que ceux du secteur privé informel.

Les dysfonctionnements dans les chaines de valeur ont engendré une hausse disproportionnée des pris des denrées alimentaires, accentuant ainsi les risques d’insécurité alimentaire. Le risque d’insécurité touche 43% de la population dans les zones rurales et 25% dans les zones urbaines, soit un total de 34% de la population au niveau national. Le rapport soutient clairement que la crise sanitaire a été un puissant accélérateur des risques de vulnérabilité à tous les niveaux. La vulnérabilité a touché aussi bien les ménages que les entreprises. Les entreprises ont été fragilisées par la crise dans toutes les dimensions d’existence et de fonctionnement à savoir capacité de production, gestion et trésorerie, approvisionnement, emploi et productivité, organisation du travail, insuffisance de demande de produits…

 

Sources:

https://www.bj.undp.org/content/benin/fr/

Journal La nation

Bilan de Fin d’année du cabinet LEADD

Le vendredi 05 Février 2021, le cabinet LEADD  a organisé à l’hotêl Assouka d’Abomey Calavi, son bilan de fin d’année 2020. Devenu un rituel au cabinet depuis plusieurs années, le bilan est une séance d’échanges qui permet  de faire le point sur les réalisations de l’année et de se projeter pour la nouvelle année.

Pour cette édition, le personnel et les consultants de LEADD se sont réunis autour de  plusieurs thèmes dont « la gestion des conflits » et « la gestion du next level ». Ce fut également l’occasion  de réfléchir sur le plan stratégique du cabinet et de définir de nouvelles orientations pour les années à venir.

La journée s’est achevé avec une séance de team bulding au cours duquel, plusieurs exercices sportifs de groupe ont été réalisés. cela a permis de renforcer la cohésion et de développer davantage l’esprit d’équipe.

Pandémie de la COVID 19: quelle est la situation actuelle dans le monde

Depuis sa découverte en Décembre 2019 en Chine, la COVID19 continue de sévir dans le monde entier où environ 104 millions de personnes ont été contaminés avec plus de 2 millions de décès. Les pays les plus touchés sont les États Unis, le Brésil, le Mexique et L’inde. L’Afrique  reste  l’un des continents les moins touchés par la pandémie, avec 3,3 millions de cas de Covid-19, et presque 82 000 morts.

En Décembre 2020, le premier  vaccin anti-COVID-19 a été homologué. Il s’agit  du vaccin ARNm COMirnaty des laboratoires Pfizer/BioNTech. Depuis, plusieurs autres vaccins ont également été validés tels que Moderna et AstraZeneca. Leur administration a commencé un peu partout dans le monde avec comme priorité, la vaccination des personnes les plus à risque.

Une seconde vague de la pandémie a démarré en Octobre 2020 avec la détection de nouvelles variantes du virus  dans plusieurs pays notamment en Angleterre et en Afrique du Sud. la principale caractéristique de ces variantes est qu’elles se sont révélés plus contagieuses, ce qui a mis les systèmes de santé sous pression. Néanmoins, elles ne semblent pas provoquer de maladies plus graves ni augmenter le risque de décès.

Il convient donc de continuer à respecter scrupuleusement les gestes barrières que sont entre autres:

  • Le lavage des mains à l’eau et au savon ou au gel hydroalcoolique;
  • le port du masque,
  • le respect des distances de sécurité;
  • le dépistage lorsqu’on ressent l’un des symptômes du virus.

 

Sources:

https://www.who.int/fr/news/

https://information.tv5monde.com/info/

https://news.un.org/fr/story/2021/

Revue de Direction du cabinet LEADERSHIP ET DEVELOPPEMENT

Le cabinet LEADERSHIP ET DÉVELOPPEMENT  a organisé le mardi 19 Janvier 2021 sa Revue de Direction du deuxième semestre de l’année 2020. LEADD étant certifié ISO 9001 version 2015, elle se doit d’évaluer périodiquement son système afin de demeurer dans l’amélioration continue. La revue de direction  a  donc pour but de permettre à la structure de procéder à la revue du fonctionnement de son système de management de la qualité (SMQ)  afin d’en évaluer le niveau de performances et de recueillir les modifications à y apporter.

Cet exercice a réuni tout le personnel du cabinet ainsi que les consultants internes qui ont échangé sur divers points spécifiques dont:

  • la performance et l’efficacité du SMQ à travers l’analyse du niveau d’atteinte des objectifs qualité des processus et l’analyse de la satisfaction des différentes parties intéressées (Clients, Personnel, Fournisseurs, Prestataires de service);
  • la mise à jour du contexte et des parties intéressées pertinentes de LEADD.

Il a également été question de trouver de nouvelles opportunités d’amélioration du système et d’identifier les besoins en ressources pour assurer l’amélioration des performances.

 

Réalisation de l’enquête bio-comportementale, cartographie et estimation de la taille des transgenres au Bénin, édition 2020

Le cabinet LEADD a conduit d’Aout 2019 à Décembre 2020 la mission dénommée « enquête bio-comportementale, cartographie et estimation de la taille des transgenres au Bénin, édition 2020 »; mission commanditée par Plan International Bénin.

L’objectif de cette enquête  était de contribuer à une meilleure connaissance de la situation de l’épidémie du VIH au sein de la population des personnes transgenres au Bénin avec la mesure de la séroprévalence de l’infection à VIH et les facteurs associés, la cartographie de leurs lieux de socialisation et une estimation scientifique de la taille de cette population La mission a été conduite par une équipe composée d’un médecin, d’un sociologue, d’un biologiste, d’un cartographe et d’un statisticien.

Il s’est agi d’une étude transversale à visée analytique, se basant sur des données quantitatives et qualitatives. Les données quantitatives relatives aux personnes transgenres ont été collectées à partir de la méthodologie RDS; au total 290 personnes transgenres ont été interviewés au niveau de six zones de collecte (Cotonou, Abomey-Calavi, Porto-Novo, Ouidah, Bohicon, Parakou) et 161 sites de socialisation identifiés. Les données qualitatives ont été collectées au cours de focus-group réalisés auprès des personnes transgenres. Les données relatives aux sites de socialisation des personnes transgenres ont quant à elles été collectées auprès de 322 informateurs clés transgenres. Les données collectées ont été traitées et analysées avec des logiciels statistiques spécifiques.

Les résultats de l’étude ont été présentés au commanditaire lors d’un atelier  de validation qui s’est tenu à l’hôtel Terra NOSTRA de Ouidah les 16 et 17 Décembre 2020. A la suite de cet atelier, les observations faites par le commanditaire ont permis au cabinet de produire le rapport final de la mission.

Réalisation de l’évaluation du programme d’appui aux Projets Innovants des Sociétés Civiles et Coalitions d’Acteurs (PISCCA) 2019-2020

Le cabinet LEADERSHIP ET DEVELOPPEMENT a réalisé de Septembre à Novembre 2020 pour le compte de l’Ambassade de France au Bénin, l’évaluation du programme d’appui aux Projets Innovants des Sociétés Civiles et Coalitions d’Acteurs (PISCCA) 2019-2020 d’insertion sociale et professionnelle des jeunes vulnérables au Bénin.

le programme PISCCA est orienté vers les Organisations de Sociétés Civiles qui accompagnent les populations fragiles privilégiant notamment l’insertion sociale et professionnelle des jeunes vulnérables au Bénin. Les différents projets du programme ayant été conduits à leur terme, la présente mission d’évaluation a été commandée pour apprécier le travail réalisé, inventorier les changements induits et tirer toutes les leçons pour l’optimisation des nouveaux instruments de développement de la coopération française au Bénin.

L’approche d’intervention retenue pour cette évaluation fût celle de la participation. L’ensemble des parties prenantes du programme a été sollicité pour fournir les informations pertinentes spécifiques à chaque catégorie d’acteurs. Les outils de collecte, élaborés et validés par l’ambassade, étaient articulés autour des questions évaluatives contenues dans les termes de références. Les questions ont été reformulées de manière simple et précise pour permettre aux acteurs concernés, notamment les jeunes vulnérables bénéficiaires de comprendre et de répondre. Les informations ont donc été recueillies aussi bien par la consultation documentaire que par les entretiens directs organisés avec les différents répondants retenus avec l’ambassade lors du cadrage.

Des données aussi bien quantitatives que qualitatives ont été collectées sur le terrain. Les données quantitatives ont été traitées selon les méthodes classiques (saisie, traitement des données et calcul des proportions).
En ce qui concerne les données qualitatives, saisies sous le logiciel WORD suivant un canevas proposé, elles ont ensuite été codifiées par thème principal. Ces données ont été par la suite analysées selon leur contenu (méthode d’analyse de contenu), permettant ainsi de présenter adéquatement les résultats de l’évaluation.

Lutte contre le VIH/SIDA: Quelques chiffres sur la situation dans le monde

Le VIH reste un problème majeur de santé publique de portée mondiale, qui a entraîné jusqu’ici près de 33 millions de décès. Cependant, grâce à un meilleur accès à une prévention, à un diagnostic, à un traitement et à des soins efficaces, concernant aussi les infections opportunistes, l’infection à VIH est devenue une pathologie chronique qui peut être prise en charge avec l’assurance de vivre longtemps et en bonne santé.

Le dernier rapport publié par  l’ONUSIDA pour le suivi de la lutte contre le VIH SIDA révèle que le nombre actuel de personnes infectées par le virus  est d’environ 40 millions de personnes dans le monde parmi lesquels 1,8 millions d’enfants.  1,7 million de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH et 690 000 personnes sont décédées de maladies liées au sida au cours de l’année 2019.

Selon le rapport, on constate des progrès en Afrique orientale et australe, où les nouvelles infections au VIH ont reculé de 38 %, depuis 2010. Ces chiffres contrastent dramatiquement avec ceux d’Europe de l’Est et d’Asie centrale, où les nouvelles infections au VIH ont explosé de 72 % depuis 2010. Leur nombre a également bondi de 22 % au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et de 21 % en Amérique latine. Les femmes et les filles en Afrique subsaharienne continuent de former la majeure partie de la population contaminée. Elles représentent 59 % des nouvelles infections dans la région en 2019; 4 500 adolescentes et jeunes femmes entre 15 et 24 ans contractent le VIH chaque semaine.

Les médicaments antirétroviraux (ARV) demeurent le seul moyen efficace de maîtriser le virus et contribuer à éviter sa transmission à des personnes non infectées. Malheureusement, 12 millions de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès à ces antirétroviraux.

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, mardi 1er décembre, la directrice exécutive de l’Onusida  a indiqué que objectifs 2020 ne seront pas atteints car la pandémie de COVID-19 a lourdement perturbé la riposte au sida(qui n’était déjà pas sur une bonne voie) et pourrait continuer sur sa lancée. Ces objectifs se résumaient par la formule 90-90-90 : que 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut, que 90% de ces dernières soient sous traitement, et que parmi celles-ci, 90% aient une charge virale indétectable.

Elle a donc  appelé les pays à intensifier leur action mondiale contre le VIH pour 2025. Les objectifs proposés pour 2025 reposent en particulier sur les personnes les plus à risque et les plus marginalisées : les jeunes femmes et filles, les adolescents, les professionnel(le)s du sexe, les transgenres, les consommateurs de drogues injectables et les homosexuels. D’après l’Onusida, il pourrait y avoir de 123 000 à 293 000 nouvelles infections au VIH supplémentaires et de 69 000 à 148 000 décès supplémentaires liés au sida entre 2020 et 2022.

 

Source: https://www.unaids.org/fr/resources/presscentre/pressreleaseandstatementarchive/