Coronavirus: Ce qu’il faut savoir!!

Les coronavirus, qui doivent leur nom à la forme de couronne qu’ont les protéines qui les enrobent, font partie d’une vaste famille de virus dont certains infectent différents animaux, d’autres l’homme. Ils sont susceptibles d’être à l’origine d’un large éventail de maladies. Chez l’homme, ces maladies vont du rhume banal à une infection pulmonaire sévère, responsable d’une détresse respiratoire aiguë.

La plus récente forme du virus est le coronavirus Covid-19 (anciennement appelé 2019-nCoV), apparu en Chine en décembre 2019.  Les premiers cas recensés sont des personnes s’étant rendues sur un marché local, à Wuhan, dans le province de Hubei.

La maladie se transmet par les postillons (gouttelettes de salive) projetés en toussant ou en éternuant. Il faut donc des contacts étroits et prolongés pour la transmettre ou avoir eu un contact à moins de 1 mètre du malade, en l’absence de mesures de protection efficaces. Le contact avec des mains non lavées est également l’un des facteurs de transmission les plus importants.

Les symptômes les plus courants du virus sont la fièvre, la fatigue ou une toux sèche. Certaines personnes peuvent également souffrir de courbatures, de maux de tête, d’une sensation d’oppression ou d’essoufflement. Ces symptômes évoquent une infection respiratoire aiguë ou des anomalies pulmonaires détectables radiologiquement. Dans les cas plus graves, l’infection peut provoquer « une détresse respiratoire, une insuffisance rénale aiguë, voire une défaillance multiviscérale pouvant entraîner la mort ». Il faut noter que la maladie reste bénigne dans 80 % des cas et les chercheurs estiment le taux global de mortalité du virus à environ 3,4 %. Certains patients présentent également une forme asymptomatique du virus : ils sont porteurs du virus, mais n’en déclarent pas les symptômes.

Selon les récentes estimations, près de 114 600 cas ont été recensés, 64 040 personnes sont guéries et 4 030 personnes sont décédées, essentiellement en Chine où l’épidémie semble toutefois ralentir. Au total, 105 pays et territoires répartis sur cinq continents sont désormais impactés par l’épidémie. Les pays les plus touchés, hors Chine, sont l’Italie, l’Iran et la Corée du Sud. « Se croire à l’abri de la maladie serait une erreur fatale », a insisté Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé.

Formation sur les exigences de la norme ISO 9001 Version 2015

Le personnel de LEADD a reçu les 18 et 19 Février 2020,  une formation sur les exigences de la norme ISO 9001 Version 2015.

LEADD étant certifié, elle doit s’assurer que le personnel maitrise toutes les exigences et contours de son système de management de la qualité.

L’objectif de la formation était donc d’aider le personnel à mieux s’approprier la norme afin d’être plus efficace dans la gestion quotidienne des activités du cabinet.

Formation sur le montage des dossiers

Comment élaborer des dossiers d’Appel d’Offre et des Avis à Manifestation d’Intérêt compétitifs dans le cadre de la recherche et de l’ingénierie du développement ?

Telle est est le thème de réflexion sur laquelle s’est penchée l’équipe du Cabinet Leadership et Développement avec à sa tête le Gérant qui n’a pas hésité un instant à porter son manteau de formateur pour s’assurer d’une mise à jour effective des compétences du personnel.

A cet effet, l’équipe s’est donnée pour tâche de décortiquer les rouages du montage des dossiers compétitifs. De nombreux autres points ont été abordés notamment la qualité des livrables issus des montages de dossier, les rôles que doit jouer chaque membre de l’équipe ainsi que le mécanisme à mettre en œuvre pour assurer une pleine satisfaction des exigences des commanditaires.

Voici quelques images issues de cette séance qui en a aguerri plus d’un, quant à la ferme volonté de LEADD de devenir une référence dans son domaine d’activités à travers la culture de l’excellence à toutes les étapes.  

Instant de convivialité au cabinet LEADD

Après l’effort le réconfort, dit-on !

L’équipe de LEADD en a savouré chaque instant. C’est l’heure de la pause déjeuner qui fut choisie par la Direction de LEADD pour offrir ces instants de partage et d’échange à tous les membres de son équipe.  Ce fut l’occasion pour le personnel de découvrir davantage et de profiter d’un déjeuner copieusement offert par la Direction pour aborder des sujets généralement jugés inopportuns aux heures de travail.

De la rigolade, en allant des échanges les plus sérieux aux plus taquins, chacun a eu son mot à dire pour animer ces moments extra-professionnels.

Retrouvez ici quelques images de ces moments de partage, enrobés d’une camaraderie renforcée.

Alors, c’est pour quand la prochaine convivialité ? Très bientôt, semblent dire ces visages contents de sortir  de temps en temps du train-train quotidien.

 

Rapport 2019 sur l’état mondial de l’environnement

A  l’occasion de la quatrième Assemblée des Nations unies pour l’environnement, le sixième rapport (2019) sur l’avenir de l’environnement mondial de l’ONU Environnement a été présenté. Le constat est sans appel : notre vie à toutes et tous est directement menacée par les pollutions et les atteintes à l’environnement causées par l’Humanité. Derrière cette dure réalité, il y a la nécessité d’une prise de conscience et surtout l’urgence d’une action afin de réussir la transition écologique vers un monde meilleur.

Le thème de cette 6e édition est «une planète saine pour des populations en bonne santé». Mais un constat différent saute aux yeux : la pollution et les atteintes à l’environnement détruisent des vies humaines. Un quart des morts prématurées et des maladies à travers le monde sont directement causées par notre action sur la planète. Ainsi, ce rapport, rédigé par des dizaines de scientifiques qui ont travaillé plusieurs années sur le sujet, démontre que 6 à 7 millions de morts prématurées sont causées par la seule pollution de l’air. Près de la moitié de la population mondiale vit sur des terres dégradées et polluées par les activités humaines.

La croissance économique, mais aussi la croissance démographique sont les facteurs premiers qui expliquent l’accroissement des pollutions atmosphériques. Cela entraîne un réchauffement qui provoque de lourdes modifications climatiques et des phénomènes extrêmes (tempêtes, sécheresse, etc.). L’un des principaux enseignements de cette étude est de montrer que santé humaine et santé de l’environnement sont intrinsèquement liées.

En ce qui concerne la faune mondiale, sur les 8 millions d’espèces estimées (dont 5,5 millions d’espèces d’insectes) sur la planète,  entre un demi-million et un million d’espèces sont  menacées d’extinction, dont beaucoup dans les prochaines décennies. La disparition de cette biodiversité a un impact direct sur l’homme car  selon le rapport, les apports que les populations tirent de la nature (nourriture, énergie, médicaments…)  sont fondamentaux pour l’existence et la richesse de la vie humaine sur Terre, et la plupart d’entre eux ne sont pas totalement remplaçables. Par exemple, plus de 2 milliards de personnes dépendent du bois pour l’énergie, quatre milliards utilisent une médecine naturelle et 75 % des cultures ont besoin d’être pollinisées par des insectes.

Le rapport estime également que trois quarts des surfaces terrestres, 40 % de l’environnement marin et la moitié des cours d’eau ont été « gravement altérés ». Et les régions les plus touchées sont celles où vivent des peuples autochtones particulièrement dépendants de la nature ou des populations pauvres déjà plus vulnérables aux impacts du changement climatique.

Pour l’Afrique subsaharienne, qui a connu des extrêmes climatiques plus fréquents et plus intenses ces dernières décennies, les contrecoups du réchauffement mondial de plus de 1,5 °C seraient terribles (de plus grandes sécheresses, plus de vagues de chaleur et plus de mauvaises récoltes en perspective).

La hausse des températures dans la région devrait être supérieure à la hausse moyenne mondiale ; les régions d’Afrique situées dans un rayon de 15 degrés autour de l’équateur  connaîtront une augmentation des nuits chaudes ainsi que des vagues de chaleur plus fréquentes et plus longues.

L’ensemble des scientifiques et expert.e.s qui ont rédigé ce rapport appellent à prendre des accords internationaux pour faire face à la dégradation de notre environnement et à l’augmentation des pollutions atmosphériques. Une réaction forte s’impose et cela ne passera pas seulement par des actions gouvernementales qui souvent bien trop timides. Ainsi, on a démontré que l’égalité des sexes a un effet bénéfique sur la protection de l’environnement et qu’il faut que les politiques environnementales en tiennent compte. Il est en est de même pour l’éducation au service du développement durable : ce rapport demande d’ailleurs que l’éducation dans ce domaine soit transposée à une plus grande échelle pour qu’elle puisse devenir la pierre angulaire des structures des systèmes éducatifs au niveau mondial.

S’appuyant la technologie et toute une série de données, les scientifiques appellent également  à mieux réglementer les substances chimiques dangereuses, réduire les pesticides ou modifier les modèles d’agriculture.

Sources:

  • https://www.un.org/africarenewal/fr/magazine/d%C3%A9cembre-2018-mars-2019/de-graves-r%C3%A9percussions-du-r%C3%A9chauffement-climatique-pour-l%E2%80%99afrique
  • https://www.dw.com/fr/rapport-catastrophe-de-lonu-sur-lenvironnement-et-les-cons%C3%A9quences-sur-la-sant%C3%A9/a-47916500

Bilan de fin d’année du cabinet LEADD

Afin de faire un point sur l’année écoulée et se fixer de nouveaux défis pour l’année 2020 qui commence, le cabinet LEADD a organisé du 24 au 25 Janvier 2020 le bilan de fin d’année.

Loin des bruits de Cotonou, dans un cadre à la fois rustique, atypique et apaisant, le personnel a participé à un intensif atelier de team building au cours duquel, plusieurs thèmes ont été abordés. Il s’agit notamment de la connaissance de soi et de ses collaborateurs pour améliorer le travail en équipe mais aussi d’une formation sur les performances organisationnelles. Les différentes formations ont été animées par messieurs  ADJOVI Fidèle et Joel SOSSA.

Ce fut également un moment d’échanges, de partages et de grande convivialité qui a permis de renforcer les liens au sein des membres du cabinet.

Réalisation de l’édition 2019 de l’enquête pour la sécurisation des produits de la santé reproductive

LEADD a réalisé de Juillet à Décembre 2019, l’édition 2019 de l’enquête pour la sécurisation des produits de la santé de reproduction. Cette mission a été commanditée par le Ministère du Plan et du Développement et financé par l’UNFPA.

L’objectif général visé par  était  de contribuer à une meilleure sécurisation des produits de Santé Reproductive. Cet objectif principal se déclinait en trois principaux objectifs spécifiques que sont :

  • analyser les capacités nationales en matière de planification stratégique, notamment en terme de création de la demande, de suivi de l’approvisionnement en produits de Santé Reproductive y compris la Planification Familiale et la chaine de froid ;
  • évaluer le niveau et les besoins en financement de même que les sources de financement des produits de Santé Reproductive;
  • analyser les forces faiblesses, menaces et opportunités du système de sécurisation des produits de Santé Reproductive au Bénin en termes de disponibilité, d’utilisation et de qualité des services.

Cette édition de l’enquête a été conduite à l’endroit de  208 points de prestation de services (PPS)  et 1620 clients répartis sur toute l’étendue du territoire national. En dehors des PPS et de leurs usagers, des acteurs centraux et Partenaires Techniques et Financiers ont été également interrogés.

les résultats obtenus et traités ainsi que les recommandations ont été présentés au commanditaire lors de la séance de validation du rapport provisoire. Les observations faites lors de cette séance ont été intégrées au rapport final.