Rapport 2018 sur la surveillance des décès maternels et riposte au Bénin

Les spécialistes des questions de santé maternelle venus de tous les départements du Bénin se sont réunis le 27 Juin dernier pour valider le rapport 2018 de la surveillance des décès maternels et riposte, un rapport qui vise la réduction de façon significative du taux de mortalité maternelle et néo-natale.

Le directeur de la santé de la santé de la mère et de l’enfant, Mr Robert Franck ZANNOU a déploré que le ratio de mortalité maternelle et le taux de mortalité néo-natale demeurent malheureusement encore élevés au Bénin malgré la mise en œuvre des interventions de réduction de ces indicateurs. Cette situation s’explique par 391 décès pour 100000 naissances vivantes d’une part, et d’autre part, 30 décès pour 100000 naissances vivantes selon l’enquête démographique et de la santé 2017-2018. Il justifie ces phénomènes par le faible niveau des déterminants de l’offre et de la demande des soins.

Bien qu’une tendance baissière de la notification des décès maternels ait été observée au cours des trois dernières années passant de 49% en 2016 à 45% en 2018,le représentant du représentant résident de l’UNFPA, monsieur Cyrille AGOSSOU a fait remarquer qu’un grand défi reste à relever pour la baisse du taux de décès maternels.

 

Source: Journal la Nation  du 28 Juin 2019

Rapport sur l’état de la Population Mondiale 2019

Publié le 12 Avril 2019 à Antananarivo par l’UNFPA, le rapport « Etat de la population mondiale 2019 » nommé « tâche inachevée » indique que les efforts des mouvements de lutte en faveur des droits reproductifs ont fait chuter le nombre de grossesses non désirées et de décès maternels, et ont ouvert la voie à des vies plus saines et plus productives pour des millions de personnes.

Le rapport indique que beaucoup de progrès ont été accomplis depuis 1969 où l’UNFPA a démarré ses activités. Le nombre moyen de naissances par femme était alors de 4,8, contre 2,9 en 1994 et 2,5 aujourd’hui ; le taux de fécondité dans les pays les moins avancés a chuté de 6,8 en 1969 à 5,6 en 1994 et à 3,9 en 2019 ; et le nombre de décès maternels liés à la grossesse est passé de 369 pour 100 000 naissances vivantes en 1994 à 216 en 2015. Par ailleurs, 24% des femmes utilisaient des contraceptifs modernes en 1969, contre 52% en 1994 et 58% en 2019.

Le rapport révèle également que les besoins non satisfaits en matière de santé sexuelle et reproductive se concentrent essentiellement au sein des populations marginalisées, notamment les minorités ethniques, les jeunes, les personnes non mariées, les membres de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre et intersexuée, les personnes handicapées, et les personnes pauvres des zones rurales et urbaines. On y apprend aussi que huit cents millions de femmes en vie aujourd’hui auraient été mariées durant l’enfance et que dans les pays en situation d’urgence, plus de 500 femmes et filles meurent chaque jour durant la grossesse et l’accouchement.

Selon le rapport, de trop nombreuses femmes sont encore privées de leurs droits reproductifs, notamment les plus de 200 millions de femmes qui voudraient éviter une grossesse mais n’ont pas accès aux informations et services relatifs à la contraception moderne.
la Directrice exécutive de l’UNFPA, le Dr Natalia Kanem affirme que malgré la disponibilité croissante des contraceptifs au fil des années, des centaines de millions de femmes n’y ont toujours pas accès aujourd’hui – pas plus qu’au choix en matière de reproduction qui leur est associé. De ce fait, elles se trouvent privées du pouvoir de prendre des décisions relatives à leur corps, notamment de choisir si et quand elles souhaitent concevoir un enfant. Elle ajoute que le fait de ne pas disposer de cette capacité qui influe sur de nombreux autres aspects de la vie, de l’éducation à la rémunération, en passant par la sécurité, empêche les femmes de définir elles-mêmes leur avenir.

le rapport comprend également des données sur la capacité des femmes à prendre des décisions dans trois domaines fondamentaux : les relations sexuelles avec leur partenaire, l’utilisation de la contraception et la santé. Dans les 51 pays où de telles informations sont disponibles, seuls 57 % des femmes mariées ou en couple sont capables de faire leurs propres choix dans chacun de ces trois domaines.

La directrice exécutive a conclut en précisant que la communauté internationale doit redoubler d’efforts pour garantir les droits sexuels et reproductifs de tous.

 

Source: www.mg.one.un.org

 

Le cabinet d’études LEADD, désormais certifié Iso 9001 Version 2015 !

Le Jeudi 28 Mars 2019, sous la houlette de l’auditeur agréé par PECB  ARABA G. Jean-Sylvestre, le cabinet LEADD a franchi l’étape décisive d’une course de longue haleine : LA CERTIFICATION ISO 9001 version 2015.

Tout au long de cette activité, chaque processus de LEADD a été décortiqué dans les moindres détails afin d’en assurer la conformité vis-à-vis des exigences de la Norme ISO 9001 version 2015 ainsi que celles légales et réglementaires. Après 13 heures d’échanges et de vérification minutieuse, et à la grande satisfaction de tout le personnel et des consultants internes, le résultat tant espéré tombe : LEADD est bel et bien certifié Iso 9001 version 2015

Premier Cabinet d’Etudes certifié dans son domaine, LEADD n’a pu atteindre ses résultats de performance exceptionnelle qu’en comptant sur l’implication  d’une équipe chevronnée à la tâche, avec à sa tête un leader confirmé, désireux d’offrir le meilleur à ses commanditaires : un service de qualité.

Cette certification bien au-delà d’un titre, vient donc démontrer la maturité organisationnelle du cabinet et sa capacité à livrer des services d’excellente qualité. Elle confirme également notre volonté de faire de la satisfaction totale du client, notre priorité à travers l’amélioration de  la gestion des plaintes, le contrôle de la qualité et le suivi de la satisfaction de la clientèle voire d’aller au-delà des résultats escomptés.

Désormais LEADD a pour leitmotiv de faire mieux qu’hier mais moins bien que demain, car à chaque opportunité, l’équipe prend la résolution ferme de se surpasser!

Rapport 2018 de l’ONUSIDA sur le suivi mondial de la lutte contre le VIH/SIDA

Le rapport 2018 de l’ONUSIDA  sur les chiffres clés du VIH/Sida révèle que l’intensification des efforts en matière de dépistage et de traitement du VIH a permis d’atteindre davantage de personnes vivant avec le VIH. En 2017, trois quarts des personnes vivant avec le VIH (75 %) connaissaient leur sérologie VIH contre seulement deux tiers (67 %) en 2015 et 21,7 millions de personnes vivant avec le VIH (59 %) avaient accès à une thérapie antirétrovirale contre 17,2 millions en 2015. Le rapport montre toutefois que 9,4 millions de personnes vivant avec le VIH ne savent pas qu’elles ont contracté le virus et doivent bénéficier de toute urgence d’un dépistage et d’un traitement du VIH.

Ce rapport intitulé Savoir, c’est pouvoir révèle que, bien que le nombre de personnes vivant avec le VIH dont la charge virale est supprimée ait augmenté d’environ 10 points de pourcentage ces trois dernières années pour atteindre 47 % en 2017, 19,4 millions de personnes vivant avec le VIH n’en bénéficient toujours pas. Pour rester en bonne santé et ne pas transmettre le virus, celui-ci doit être ramené à des niveaux indétectables ou très faibles grâce à une thérapie antirétrovirale permanente. En outre, pour surveiller efficacement la charge virale, les personnes vivant avec le VIH doivent avoir accès à un dépistage de la charge virale tous les 12 mois.

« Le dépistage de la charge virale est la norme absolue en matière de surveillance du traitement du VIH, a déclaré Michel Sidibé, directeur exécutif de l’ONUSIDA. Il montre que le traitement fonctionne, maintient les gens en vie et en bonne santé tout en maîtrisant totalement le virus. »

Le rapport indique également que l’accès au dépistage de la charge virale varie. Dans certaines parties du monde, il est facile d’obtenir un dépistage de la charge virale car ce test est totalement intégré au schéma thérapeutique du VIH. Mais, dans d’autres pays, il peut n’y avoir qu’une seule machine de dépistage de la charge virale pour l’ensemble du pays.

Source: www.unsaid.org

Procédure pour travailler ou effectuer un stage au cabinet LEADD

Vous souhaitez faire partie du personnel du cabinet Leadership et développement, participer aux collectes et données ou encore effectuer un stage afin d’approfondir vos connaissances et compétences? La procédure est toute simple!

Il vous suffit de déposer une lettre de demande d’emploi ou de stage, une lettre de motivation et un Curriculum Vitae (CV) détaillant votre parcours et vos compétences au siège du cabinet sis au premier étage de l’immeuble Adnette dans la  rue de la pharmacie Saint Gabriel,quartier Agontinkon. Les dossiers peuvent être déposés du lundi au vendredi de 8h à 12h30 et de 15h à 18h30 ou envoyés par mail à l’adresse recrutement@leadd-hq.com

Vous pouvez également déposer votre Curriculum Vitae en ligne sur notre site www.leadd-hq.com dans l’onglet  » Déposer votre CV ».

Si votre profil correspond, nous vous contacterons à coup sûr. Alors n’hésitez plus!!!

 

Paludisme en Afrique : les chiffres clés du rapport de l’OMS

L’Organisation mondiale de la Santé a publié son rapport annuel sur le paludisme le 19 novembre. Si le nombre de cas à l’échelle mondiale semble stagner par rapport à 2017 et même diminuer sur certains continents, l’Afrique reste en première ligne face au fléau.

C’est un rapport alarmant qu’a publié l’Organisation mondiale de la santé, lundi 19 novembre 2018. « Le monde fait face à une nouvelle réalité: avec la stagnation des progrès, nous risquons de dilapider des années de travail, d’investissements et de succès dans la réduction du nombre des personnes souffrant de cette maladie», alerte le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, dans le communiqué introductif du rapport.

Si les données concernant la période 2015-2017 ne permettent pas de souligner de réels progrès vers une diminution du nombre de cas de paludisme dans le monde, ce nouveau rapport de l’OMS vient confirmer la tendance entrevue l’an passé, à savoir que l’objectif essentiel de la Stratégie technique mondiale de lutte contre le paludisme 2016-2030 – « réduire les cas et les décès dus au paludisme » d’au moins 40 % d’ici à 2020 -, ne sera pas atteint.

En 2017, 219 millions de cas ont été recensés par l’OMS, tandis que le paludisme a causé la mort de 435 000 personnes cette année. L’Afrique reste le continent le plus touché par la maladie.

Au niveau mondial l’OMS recense dans son rapport une légère augmentation du nombre de cas de paludisme en 2017 avec 219 millions de personnes touchées contre 217 millions en 2016. 92 % de ces cas se trouvent en Afrique, soit 200 millions de victimes. Un chiffre qui place le continent loin devant l’Asie du Sud-Est (5%) et la région de Méditerranée orientale (2%).

Six pays africains réunissent 49 % des décès dus à la maladie. Le Nigeria (19 %), la République démocratique du Congo (11 %), le Burkina Faso (6 %), la République-Unie de Tanzanie (5 %), la Sierra Leone (4 %) et le Niger (4 %).

Le rapport de l’OMS estime que 50 % de la population en Afrique à risque dort sous moustiquaires imprégnées d’insecticide (MII) contre 29% en 2010. La part de la population à risque protégée par pulvérisation intradomiciliaire d’insecticide a en revanche diminué, puisque cette mesure préventive concernait 80 millions de personnes sur le continent en 2010 contre 64 millions en 2017.

Source: Jeune Afrique

Réalisation de l’étude de base du projet « Activités de Services de Santé Intégrés au Bénin »

Le cabinet LEADD a réalisé de Décembre 2018 à Mars 2019, l’étude de base du projet  « activités de Services de Santé Intégrés au Bénin de 2018 à 2023 », confiée  à Management Sciences for Health (MSH) par l’USAID.

L’objectif d’ensemble de cette étude de base était  de contribuer à obtenir des informations de référence sur l’état de santé des populations dans les zones sanitaires soutenues par le projet, la capacité de gestion et de supervision des entités décentralisées des services de santé, la situation et les obstacles à l’accès aux services de santé, sur la qualité des services de santé et le niveau de connaissance en matière de santé , les attitudes et les pratiques des communautés ainsi que leur engagement, leur motivation et leur volonté de promotion de la santé.

LEADD a donc recruté et formé des agents enquêteurs (ménages et paramédicaux) qui ont collecté les informations dans les zones concernés par le projet (Ouémé, Plateau, Atacora et Alibori). Les données collectées ont été apurées par l’équipe de statisticiens de LEADD. Le rapport de l’étude incluant la présentation des résultats a été élaboré par les consultants du cabinet.

Journée Internationale des Droits de la Femme 2019 à LEADD

Le 08 Mars 2019, le monde entier célébrait la Journée Internationale des Droits de la Femme. LEADD n’est pas restée en marge de cette célébration qui avait pour thème  » Penser équitablement, Bâtir intelligemment, Innover pour le changement ». A cette occasion, LEADD a valorisé les femmes de son personnel en leur offrant des tissus qu’elles ont fièrement porté. Ce fût une journée de réflexion qui a confirmé l’importance de leur rôle dans le développement du cabinet mais également de la Nation

 

Réalisation de l’Enquête de surveillance de deuxième génération du VIH auprès des camionneurs, leurs apprentis et les professionnelles du sexe affichées et clandestines fréquentant les ports d’Apapa, de Cotonou, de Lomé, de Tema et d’Abidjan

Le cabinet LEADD a conduit L’édition 2018 de l’enquête de surveillance de deuxième génération du VIH auprès des camionneurs, leurs apprentis et les professionnelles du sexe affichées et clandestines fréquentant les ports d’Apapa, de Cotonou, de Lomé, de Téma et d’Abidjan. L’édition  2018 de cette mission  a été mise en œuvre dans les parcs de regroupement qui desservent cinq ports du corridor (Abidjan, [Côte d’Ivoire], Tema [Ghana], Lomé [Togo], Cotonou [Bénin] et Apapa [Nigéria]). Elle avait  pour objectif d’alimenter les indicateurs comportementaux aux fins de planification et d’appréciation de l’impact des interventions menées au profit des  groupes cibles (camionneurs et professionnelles du sexe) depuis 2010.  Elle visait  spécifiquement à :

  • déterminer la prévalence du VIH au sein des camionneurs, leurs apprentis et des professionnelles de sexe affichées et clandestines fréquentant les parkings des camions des ports ;
  • mesurer pour chaque groupe cible les Connaissances, Attitudes, Croyances et Pratiques vis-à-vis du VIH et des autres IST.

Cette mission a été conduit par une équipe d’experts  constituée d’un médecin  épidémiologiste, d’un statisticien démographe et d’un socio anthropologue.

Formation sur la passation des marchés et le montage des dossiers de soumissions aux marchés publiques au Benin

Le Vendredi 1er Février 2019, le personnel de LEADD a suivi une formation sur le thème  » Passation de marchés et montage de dossiers de soumissions aux marchés publics en République du Bénin ». Cette formation animée par le consultant formateur Bio Guerra GANSARE a porté sur les techniques de montage des dossiers de soumission au regard du nouveau dispositif régissant les marchés publics au Bénin. Un accent particulier a été mis sur les droits et obligations des candidats et soumissionnaires qui découlent des exigences du nouveau code des marchés publics. Cette formation permettra au personnel de LEADD de produire désormais des dossiers de soumission de qualité et de mieux répondre aux exigences des commanditaires.